IVG.GOUV.FR Toute l’information sur l’interruption volontaire de grossesse
0 800 08 11 11 (Numéro anonyme et gratuit)

IVG chirurgicale (instrumentale)

Publié le | Mis à jour le

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) chirurgicale est pratiquée par un médecin dans un établissement de santé. Dans la plupart des cas, une demi-journée d’hospitalisation est suffisante. Pour désigner cette intervention, on parle aussi d’IVG instrumentale ou d’avortement par aspiration. Le taux de succès est d’environ 99,7%.

Jusqu’à quand peut-on procéder à une IVG chirurgicale ?

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) chirurgicale se pratique jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse (soit au maximum 14 semaines après le début des dernières règles) dans un établissement de santé, c’est-à-dire un hôpital ou une clinique autorisé à pratiquer l’avortement.

Avant la fin de la 7e semaine de grossesse (soit 9 semaines après le début des dernières règles), vous pouvez envisager une IVG médicamenteuse.

Attention aux délais : certains établissements sont surchargés, le temps nécessaire à la prise d’un rendez-vous peut donc être long. C’est pourquoi, il est nécessaire de vous informer le plus tôt possible.

Si vous avez fixé un rendez-vous et que vous prévoyez de ne pas vous y rendre, prévenez l’établissement pour que votre place soit disponible pour une autre femme.


Comment se passe un avortement par aspiration ?

L’IVG chirurgicale consiste à aspirer l’œuf. Pour cela, il faut dilater col de l’utérus afin que le médecin puisse y introduire une canule reliée à un dispositif permettant d’aspirer son contenu.

L’intervention dure une dizaine de minutes et se déroule dans un bloc opératoire sous anesthésie locale (seul le col est endormi) ou générale. C’est le médecin qui déterminera, avec vous, le mode d’anesthésie le mieux adapté à votre situation.




Quelles sont les différentes étapes d’un avortement chirurgical ?


Deux consultations médicales préalables doivent être réalisées, par le médecin de votre choix. Si une anesthésie générale est prévue, vous devez également effectuer une consultation pré-anesthésique.

Une consultation psycho-sociale est obligatoire si vous êtes mineure. Vous pouvez aussi en bénéficier si vous êtes majeure.

L’intervention se déroule au sein d’un établissement de santé. Le plus souvent, une hospitalisation de quelques heures est suffisante.

14 à 21 jours après l’avortement, une consultation médicale de contrôle permet de s’assurer qu’il n’y a pas de complications. C’est aussi à ce moment-là que le médecin vous propose un moyen contraceptif adapté à votre situation.

Si vous en ressentez le besoin, suite à votre interruption de grossesse, vous pouvez avoir recours à un entretien psycho-social.


Quels sont les risques liés à une IVG par aspiration ?


Après un avortement chirurgical, les complications sont rares.

L’IVG par aspiration n’entraîne pas de risque de stérilitéet les études scientifiques montrent qu’il n’existe pas de séquelles psychologiques à long terme ou de syndromes post-traumatiques.

Vous êtes anesthésiée pendant l’intervention : vous ne ressentez donc aucune douleur. Après l’anesthésie, vous pouvez avoir des petites contractions utérines. Si ces contractions vous font mal, le médecin peut vous prescrire des antalgiques.

Si, dans les jours qui suivent l’IVG, vous présentez de la fièvre (température supérieure à 38°C), des pertes de sang importantes, de fortes douleurs abdominales ou que vous faites un malaise, contactez rapidement l’établissement où a eu lieu votre intervention.


Retrouvez toutes les Questions/Réponses sur l’IVG

Partager l'article

Où s'informer ?

Comment se faire accompagner ?

Les centres de planification ou d'éducation familiale les établissements d'information, de consultation et de conseil familial.

Pour obtenir des structures d'informations près de chez vous :

Le numéro national anonyme et gratuit 0 800 08 11 11